DES IMPACTS NEGATIFS DE LA LUTTE CONTRE LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE : L’EXEMPLE DES BIOCARBURANTS EN AMERIQUE LATINE

Publié le par Ego

double-fumee.jpg

« Il faut sauver notre planète ! ». Une fois ce constat fait, reste à définir quelles mesures pourraient concrètement permettre aux hommes de ne pas sacrifier les générations futures. Parmi les solutions envisagées, l’utilisation des biocarburants semble être un excellent moyen pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre… sauf que…







N-Otto.JPG
Petit rappel

Les moteurs fonctionnant grâce aux carburants d’origine végétale sont aussi vieux que l’industrie automobile elle-même. Le premier moteur à explosion développé Nikolaus Otto en 1876 utilisait, en effet, déjà de l’éthanol. Cependant le pétrole devenant bon marché au cours du 20ème siècle, et surtout moins instable que l’éthanol (volatilité moindre), ce premier combustible fut rapidement abandonné. Il faudra attendre les deux chocs pétrolier de 1973 et 1979, pour que l’engouement pour les biocarburants reprenne. C’est à ce moment que des progrès techniques considérables dans le domaine, incitèrent le Brésil à se lancer dans l'aventure de l'énergie verte.



Aujourd’hui le Brésil est le leader incontesté dans cette technologie et l’essence vendue aux pompes brésiliennes contient environ 22% d’éthanol. Grâce à une implication étatique majeure, le pays contribue aujourd’hui, à lui seul, à plus de la moitié de la production mondiale de carburant au bioéthanol. Ce qui en fait un modèle pour beaucoup de pays développés, pour qui la lutte contre le réchauffement climatique est devenu une priorité.

Alors, les biocarburants : solution ultime, rien n’est moins certain !
Intéressons-nous au revers de la médaille



cannelarge.jpgProblèmes soulevés

Déstabilisation des marchés agricoles
Aujourd’hui le développement de l’utilisation des biocarburants crée d’importantes tensions sur les marchés agricoles de premières nécessité. D’une part car les agriculteurs ont tendance à se détourner des cultures céréalières alimentaires pour la culture de plantes bioénergétiques, notamment en raison des importantes subventions versées par l’Etat. D’autre part car il peut y avoir concurrence des utilisations : le maïs est par exemple très utilisé pour la production d’éthanol en Amérique Latine, or dans ces mêmes pays, le maïs est également un aliment de base pour une grande partie de la population (et du bétail). Ainsi depuis quelques années, on constate une forte hausse de la demande de maïs par rapport à l’offre et le prix de la céréale augmente de manière non négligeable. J’en veux pour preuve le niveau atteint récemment par le cours du maïs sur le marché boursier de Chicago (plus haut niveau depuis dix ans).



Impacts négatifs sur l’environnementdeforestation.jpg
D’une manière plus surprenante, il semble que l’utilisation des biocarburants, si elle permet effectivement de réduire l’émission de gaz à effet de serre, a des impacts plus contrastés sur l’environnement dans son ensemble.
Premièrement, au brésil toujours, les incitations à la culture de plantes bioénergétiques conduisent de nombreux agriculteurs à brûler des parties importantes de la forêt équatoriale et entraîne, de surcroit, une augmentation considérable de l’utilisation d’engrais fertilisants qui ont de graves impacts sur l’écosystème amazonien.
Deuxièmement, la culture du maïs nécessite de grandes quantités d’eau, tout comme celle des cannes à sucre qui doivent être nettoyées avant d’être exploitables. Quand on connaît la rareté de l'eau douce au niveau mondial, il y a de quoi être inquiet !




Remarquons pour conclure que si l’on souhaitait substituer totalement les biocarburants aux énergies fossiles, nous n’aurions pas assez de notre seule Terre pour en assurer la culture.
Alors, les biocarburants : fausse bonne idée ? Pas forcément, mais sachons rester critique ! Le Brésil nous montre depuis plusieurs années que le problème est beaucoup plus complexe qu'un simple manque d'engagement de l'Etat ou qu'un usage décomplexé du lobbying par les méchantes compagnies pétrolières.



Publié dans Ecologie

Commenter cet article

christine 18/03/2008 15:06

enfin un bon article sur les cultures que l'on propose pour remplacer le pétrole.Est ce bien de produire du carburant dont la planete a besoin ?L'acces a l'eau et a une alimentation suffisante pour tous devrait être notre souci premier.Merci

Tarik 27/01/2008 13:33

Salut Ego c est la fin de ton blog :-(

Earthfreeman 12/01/2008 08:54

Un blog sympa : http://maester.over-blog.com/

thucydide 07/01/2008 16:32

Bonjour, je découvre votre blog par hasard, en ayant fait une recherche sur "Christophe Colomb" : j'ai vu la blague et moi, je la connaissais déjà, mais sous une autre version : Pourquoi Colomb était-il le premier socialiste ? Parce qu'il ne savait pas où il allait, ne savait pas ce qu'il allait y faire, ne savait pas ce qu'il avait découvert, et il faisait tout ça aux frais du contribuable !Trêve de plaisanterie : j'ai remarqué que les chroniques en liberté de Jean-Louis Caccomo figurait parmi vos liens : c'est grâce à ce blog que je me suis intéressé à l'économie et que j'ai trouvé cette discipline passionnante ! pour noël, je me suis fait offrir un manuel d'économie, SAMUELSON et NORDHAUS, "Economie".J'ai aussi lu le hors série du Point sur les textes fondamentaux du libéralisme : ça nous change des idées réçues négatives que nous serinent sans cesse les médias à ce sujet !

RMS 31/08/2007 14:47

@ arno : Je doute qu'egocognito accepte de faire un echange de lien avec un site s'appelant segoleneroyal2012 !