DE LA TENTATION ECOLOGISTE A LA LACHETE POLITIQUE

Publié le par Ego

Les politiques de tout bord ont compris qu'en France on ne gagne pas des élections en proposant des idées originales, mais en reformulant celles des électeurs. C'est ce que certains appellent populisme, je préfère en ce qui me concerne le terme de consensualisme car il rend mieux compte de cette volonté prégnante de satisfaire un désir collectif. 

 

L'écologie est dans cette optique un thème rêvé et ce pour quatre raisons :

 

- Premièrement car il renvoie au summum du lieu commun « Il faut sauver la planète », sujet au combien simple car ne justifiant dans sa forme élémentaire aucune remise en question.

- Deuxièmement car il s'agit d'un concept fortement « mediagénique » : Graphiques, schémas, animations en 3D, avis d'experts, etc. le tout de préférence à forte intensité catastrophiste ! Or ces prévisions alarmistes sont très facilement assimilées par l'Homme, qui est naturellement profondément inquiet.     

- Troisièmement, car il s'agit là d'un thème qui n'engage que très peu un gouvernement. En effet l'écologie a cela de plus fort que la plupart des thèmes électoraux, qu'elle n'engage que ceux qui veulent bien s'y impliquer. En d'autres termes ce n'est pas le gouvernement qui décide de sauver la planète mais bien l'ensemble des gens qui la peuplent. Le plan Delanoë pour la ville de Paris en est une preuve parfaite : Le maire se fait élire en promettant qu'il réduira la circulation des voitures dans Paris, il encourage l'utilisation des transports publics au détriment de la voiture par de vraies mesures, mais finalement il n'y a que plus d'embouteillages car les Parisiens ne renoncent pas à leur voiture.

En fait si la conscience collective est sincèrement sensible à la cause écologique, nul n'est prêt à changer radicalement ses habitudes.

 

Donc les candidats ont davantage intérêt à s'impliquer sur un thème électoral qui ne prête à aucune conséquence, plutôt qu'à prendre position sur des questions économiques, ou de politiques internationales par exemple.

 

En conclusion, il me semble particulièrement dangereux de voir une campagne présidentielle glisser vers un sujet, certes important, mais qui a tendance à l'être au détriment d'autres qui le sont bien plus.

Publié dans Ecologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

olibo 27/12/2006 18:43

Les sujets les plus importants sont d\\\'abord les sujets pour lesquels les politiques ont la possibilité de mener une action concrète : sécurité, justice, éducation, fiscalité permettant un développement économique etc.
N\\\'oubliez pas que l\\\'écologie, à la fois en tant que concept politique, et d\\\'application pratiques (je suis désolé mais il y a en quand même eu des progrès chez nous en la matière) n\\\'est l\\\'apanage que des démocraties, et que cette notion augmente en proportion avec la richesse d\\\'un pays.
L\\\'écologie est coûteuse et ne peut être que la conséquence de ce que nous faisons pour s\\\'en donner les moyens. 
C\\\'est un concept large, qui passe va de l\\\'amélioration du tissu urbain, aux moteurs hybrides, de l\\\'agriculture bio aux centrales nucléaires et au traitement de leurs déchets, des égoûts à l\\\'isolation des maisons. Tout ça est une question de moyens techniques, juridiques... et financiers.
Il faut prendre en compte ce paramètre mais il ne doit occulter l\\\'essentiel : comment allons nous nous donner les moyens de financer notre avenir ?
 

romain 16/12/2006 18:22

quels sont les autres problèmes qui sont bien plus importants que l'écologie ? ....si on pense aux même je ne suis pas sûr qu'ils soient vraiment plus importants.