BILAN DE L'AIDE INTERNATIONALE SUITE AU TSUNAMI DE DECEMBRE 2004

Publié le par Ego

 Deux ans plus tard : promesses de dons et promesses d’action…

  

Sur les 6,7 milliards de dollars promis au total dans le cadre de l’aide internationale :

- 3,4 milliards de dollars ont été effectivement utilisés

- 670 millions n’ont pas été versés

 

La Croix Rouge internationale aurait reçu 2,2 milliards de dollars :

- Le montant effectivement utilisé par ses soins est de 1,3 milliards de dollars

- 8.000 maisons ont été reconstruites sur les 50.000 promises par la Croix Rouge

 

La France avait promis 79 millions de dollars, seul 1 million a été versé. 

 

Source : Etude menée par la BBC  

 

 

              En matière de prévision économique, le non-respect de la promesse pose de nombreux problèmes. En effet, la plupart des mesures prises aujourd’hui le sont dans le cadre d’anticipation du futur. Par exemple, c’est ce qu’il anticipe de l’avenir qui pousse un agent économique à dépenser, épargner, emprunter, prêter… Donc une promesse non honorée biaise totalement le pouvoir de décision de l’individu. 

Aussi, les pays et institutions qui n’ont pas honoré leur parole, sont-ils non seulement coupables de priver les populations à court-terme des biens promis, mais également de leur ôter leur faculté à se projeter dans le futur et donc de les priver de leur capacité à prendre des décisions rationnelles de long-terme.

Il n'existe, à ma connaissance, aucune théorie économique de la promesse, néanmoins la théorie des jeux permet bien d'analyser comment un individu prend ses décisions lorsqu'il est confronté à un risque de tromperie. Cette même théorie met alors en avant la nécessité du contrat pour se protéger dans le cadre d'un environnement incertain.

Or la difficulté concernant la promesse réside dans le fait que, par définition, elle n'autorise aucun contrat... 

 

Publié dans Pays en développement

Commenter cet article

Ego 28/12/2006 12:12

Parfaitement d'accord avec vous Olibo !
Ceci était un premier bilan 2 ans plus tard, il y en aura d'autres...

olibo 27/12/2006 16:48

Attention toutefois à ne pas trop "théoriser" l'aide. Ce n'est pas parce qu'on donne de l'argent, beaucoup d'argent, même dépensé honnêtement,  que les choses se font. Ca n'est qu'une des conditions, nécessaire mais pas suffisante.
Reconstruire une route qui va nécessiter par exemple 1 M€ du kilomètre, ne se fait pas du jour au lendemain, il n'y a qu'à voir chez nous le temps (alors que nous ne sommes pas les plus mauvais en la matière) nécessaire pour nos travaux qui encombrent notre circulation, alors que nous disposons sur place de tout le matériel, des matériaux et du personnel qualifié. A cela s'ajoute le temps de la conception, ces travaux étant par définition non planifiés.
Or, le paiement ne peut-être effectué que par phases. Il est donc important de regarder, sur la durée de la reconstruction, l'argent qui sera dépensé. Certes les dons sont immédiats, mais cela ne servirait à rien et serait même très dangereux que de payer à l'avance pour ces travaux.
Il s'agit donc de rester vigilant et de faire le bilan dans quelques années en comparant le résultat de la reconstruction et l'argent qui aura été versé.

Do 21/12/2006 23:09

 
J'ai été moi aussi très choquée par les récents bilans de la distribution des aides au tsunami ...
Merci pour ton approche, elle est particulièrement originale, pertinente et brillante.
Je pense que tu pourrais approfondir sur la théorie des jeux dans un prochain article.

:0009::0022::0014::0038::0091::0110: 21/12/2006 19:47

dur dur.....pauvre monde ....

noemie 21/12/2006 17:42

Moi je donne pas comme ça je suis tranquille ! ;-)
Trève de plaisanterie, votre avis est pertinent et vous traitez l'actualité sous un angle original et intéressant ! 
Bonne continuation