TRAVAILLONS MOINS POUR GAGNER PLUS !

Publié le par Ego

Depuis quelques temps déjà le leader de l’UMP martèle qu’il est irrationnel de penser qu’on peut « gagner plus en travaillant moins », et l’ancien ministre de l’économie ajoute que, lui, propose au contraire aux Français le choix de « travailler plus pour gagner plus ». 

 

Mais si les politiques ont pour but d’améliorer mon bien-être, me proposer de « travailler plus pour gagner plus », me paraît être une plaisanterie ou plutôt une vraie lapalissade !

 

 

On n’arrête pas de nous répéter qu’il est impossible de gagner plus en travaillant moins. Comprenez : augmenter son salaire alors qu’en parallèle on réduit son temps de travail ! Et bien c’est absolument faux.

 

Economiquement, affirmer cela est inepte car on remettrait en cause le principe même de gain de productivité : Le "travailler mieux" !

Grâce aux gains de productivité la croissance de l’output (la production) est supérieure à celle de l’input (les intrants utilisés pour la production). Ce qui permet, soit d’augmenter la richesse produite et donc le revenu (d’où la possibilité d’augmenter les salaires), soit de maintenir la production constante tout en diminuant l’input utilisé (par exemple les heures de travail). 

 

Un exemple clair :

Soit un artisan qui fabrique des chaises, qu’il vend au prix de 30€ la pièce. Au moment où il crée son entreprise il met 2 heures pour fabriquer une chaise, à raison de 8 heures de travail par jour, il en fabrique 4 quotidiennement et perçoit donc 120€ par jour. Au bout de plusieurs années, son habileté et son savoir faire accrû (ce qu’on appelle les effets d’expériences), lui permettent de n’avoir besoin que d’une heure pour la fabrication d’une chaise. Il en fabrique donc 8 par jour et gagne 240€ quotidiennement.

A cette productivité, il lui suffit de travailler 4 heures par jour, pour percevoir autant qu’en début de carrière. Imaginons qu’il décide de travailler 5 heures par jour et il percevra 150€ quotidiennement, soit 30€ de plus qu’au moment où il débutait alors qu’il travaille 3 heures de moins !

 

Notons qu’empiriquement, de nombreuses études montrent qu’on travaille de moins en moins et qu’on gagne de plus en plus, et ce, depuis…la nuit des temps !

 

 

=> Les gains de productivité font qu’on peut gagner plus en travaillant moins. Smith l’avait  déjà démontré au 18ème siècle en s’intéressant à la division du travail dans une fabrique d’épingles… 

 

 

En conclusion, que l’on souhaite remettre en question les 35 heures est légitime et même sain, car on sait aujourd’hui que la mesure obligatoire a posé de nombreux problèmes dans certains secteurs et surtout qu’elle n’a pas permis la réduction de chômage attendue. 

En revanche, qu’on utilise de faux arguments économiques infondés pour justifier cette critique me paraît absolument inadmissible.   

Publié dans Théories économiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

toto 09/06/2007 18:45

BonjourL'explication de Jaggy ets claire : La RTT est malvenue chez les artisans et plus largement dans les TPE.En fait le problème a été la loi Aubry II qui a voulu, il me semble,  généralisé les 35h à tout le monde. les grosses Ets peuvent s'organiser différemment , pas les artisans/TPE

jaggy 07/06/2007 11:16

Si on continue le raisonnement sur votre artisan, vous dites :"il lui suffit de travailler 4 heures par jour, pour percevoir autant qu’en début de carrière. Imaginons qu’il décide de travailler 5 heures par jour et il percevra 150€ quotidiennement, soit 30€ de plus qu’au moment où il débutait alors qu’il travaille 3 heures de moins !"Votre raisonnement ne tient pas vraiment.Car le problème, c'est que s'il a des concurrents, il aura intérêt à continuer à travailler 5h/j, et à diminuer son tarif, de sorte qu'il n'en tirera qu'un bénéfice légèrement supérieur.Car s'il est plus cher que ses concurrents, il ne trouvera plus de client.Donc votre raisonnement ne tient pas à moins qu'il n'ait pas de concurrents bien sur, mais je pense qu'il vaut mieux exclure les situations de monopole de notre réflexion."Notons qu’empiriquement, de nombreuses études montrent qu’on travaille de moins en moins et qu’on gagne de plus en plus, et ce, depuis…la nuit des temps !"Qu'est-ce que cela veut dire, "gagner de plus en plus" ? Que notre travail a une plus grande valeur absolue ? (je ne sais pas si je m'exprime bien, je veux parler d'une valeur intrinsèque, vue par rapport à un étalon qui serait invariant dans le temps) Je ne le pense pas.Si on gagne plus c'est parce qu'on produit plus par des gains de productivité, et que l'on peut diminuer énormément les prix des biens et des services.Alors oui vous pouvez diminuer le temps de travail dans le même temps, mais il faut avoir conscience que ces diminutions vont A L'ENCONTRE de ce phénomène de diminution des prix, qui est le principal levier d'augmentation générale du pouvoir d'achat.Donc si votre artisan a pu historiquement travailler de moins en moins en gagnant de plus en plus, ce n'est certainement pas en travaillant moins sans rien changer d'autre !C'est surtout parce qu'il a, lui et l'ensemble des producteurs de biens et services, énormément réduit ses prix de vente.Simplement parce que à salaire égal, votre salaire augmente si tous les prix baissent.Il suffit de voir qu'avant les pièces étaient en métal précieux et avaient une valeure intrinsèque sans commune mesure avec la valeur intrinsèque de nos monnaies actuelles (en fait elles n'en ont même plus...).Historiquement, je vois donc un peu (en simplifiant) les choses comme ça :- nos monnaies n'ont cessé de se dévaluer successivement- les prix ont baissé encore plus vite, au fur et à mesure de la hausse de notre productivité- profitant de cette hausse de productivité et de manière marginale (c'est-à-dire suffisamment légèrement pour ne surtout pas remettre en cause la baisse des prix), on a pu baisser la durée du travail pour une partie de la population (je vous rappelle tout de même, que les agriculteurs n'ont pas énormément diminué leur temps de travail depuis le 18ème siècle...)Si j'en revient à votre artisan, la réalité réelle et concrête est donc celle-ci :L'artisan va continuer à travailler aussi longtemps qu'avant et va reporter une partie de sa hausse de productivité à une baisse de ses tarifs, et une autre à une hausse de son salaire, ou mieux à de l'investissement dans son entreprise pour la développer et encore améliorer sa productivité.Ainsi, il gagne personnellement plus, permet à tous ses clients d'augmenter son pouvoir d'achat, et créé des emplois. Ou alors il diminue son temps de travail, mais cela sera au choix :- soit au détriment de son pouvoir d'achat- soit au détriment du pouvoir d'achat de ses clients- soit au détriment de son entreprise et des emplois qu'il aurait pu créer.

Julien 17/01/2007 22:18

Pour la productivité, lire  http://travail-chomage.site.voila.fr/produc/gain_productiv.htm
Au lieu de réduire la durée du travail, comme dans les années 1970, les gains de productivité du travail ont conduit à un chômage très important, parfois caché en mettant plus de la moitié des chômeurs en invalidité (Pays-Bas, Grande-Bretagne, Danemark).
En France, la productivité du travail a augmenté de 17,22 % en sept ans, pour l'ensemble de l'activité nationale.   Sans rien changer à la production de richesses du pays, le nombre d'emplois aurait pu être augmenté de 17,22 % en réduisant de 14,69 % la durée réelle du travail. En moyenne, avec des transferts d'emplois entre secteurs d'activité, le nombre d'emplois aurait augmenté de 4 284 500. Le chômage réel aurait beaucoup baissé.
Pour la durée du travail, lire http://travail-chomage.site.voila.fr/emploi/duree_travail.htm
Pour une durée légale du travail de 35 heures par semaine en France, la durée effective moyenne est de 39 heures pour les emplois à temps plein et de 36,3 heures pour l'ensemble des emplois (temps plein et temps partiel). Par comparaison, ces durées sont inférieures en Grande-Bretagne : 37,2 heures pour les emplois à temps complet et 31,7 heures pour l'ensemble des emplois. Elles sont aussi inférieures aux Etats-Unis et dans plusieurs pays en Europe.
La durée hebdomadaire moyenne du travail pour l'ensemble des personnes ayant un emploi (salarié ou non, temps plein et temps partiel) est de :- 36,3 h en France- 36,2 h en Italie- 35,1 h au Danemark- 33,8 h aux Etats-Unis- 33,6 h en Allemagne - 33,2 h en Espagne- 31,7 h en Grande-Bretagne (37,2 h pour le temps plein - 15,7 h pour le temps partiel)- 30,1 h en Suède (36,1 h pour ceux "au travail")- 29,2 h aux Pays-Bas
Les valeurs indiquées peuvent surprendre, mais sont d'autant plus intéressantes qu'elles donnent une idée plus exacte de la réalité. Pour une fois, on sait exactement de quoi l'on parle, alors que les chiffres donnés ici et là sont le plus souvent imprécis. Les statistiques habituelles ne prennent en compte que les emplois à temps complet, ce qui fausse tout. Et on ne sait jamais s'il s'agit de la durée du travail officielle ou officieuse (conventions), de la durée théorique des entreprises. Parfois, il s'agit seulement de l'industrie où l'on travaille toujours plus qu'ailleurs mais qui ne représente que 10 à 20 % des emplois d'un pays.
Par exemple, pour les Etats-unis : http://www.bls.gov/ces   (vers le milieu, employment and earnings, table B-2)Moyenne générale, tout le privé : 33,8 heures de travail par semaine.

Ego 28/12/2006 18:02

Merci pour ces précisions d'Histoire économique !
Concernant ta dernière remarque sur le lien entre progrès de productivité (progrès technique ?)  et temps de travail, je pense qu'une étude économétrique testant cette corrélation serait la bienvenue avant de tirer des conclusions, mais l'idée est intéressante... Avis à tous les amateurs de régression multiple ! ;-)
Ego
 

vulgos 28/12/2006 17:34

D'accord en général avec l'article, juste une petite remarque à la limite du trollage sur ce passage: "Notons qu’empiriquement, de nombreuses études montrent qu’on travaille de moins en moins et qu’on gagne de plus en plus, et ce, depuis…la nuit des temps !". En fait, on travaillait moins au Moyen-Age (en jours de travail du moins) par ex. Il ne s'agit donc pas d'un phénomène linéaire, l'homme préhistorique travaillant 18h/jour et l'homme moderne travaillant de moins en moins. Il y a eu une augmentation constante du temps de travail au début de l'ère industrielle et un reflux depuis la fin du XIXè. Ce reflux survenant alors que la croissance continuait et s'accèlerait (la croissance moyenne au plus fort de la durée de temps de travail au XIXè était de 1%, elle est encore maintenant en période de "crise" de 2%). On en tire les conclusions qu'on veut mais certainement pas qu'il est impossible de gagner plus en travaillant moins puisque le passé nous fournit la preuve du contraire.Pour ma part, j'ajoute que les historiens de l'économie disent parfois que la Chine n'a pas produit la révolution industrielle parce qu'elle avait trop de bras et l'augmentation de productivité (le machinisme) n'y était donc pas nécessaire. De là à dire que diminuer le temps de travail c'est inciter à faire des progrès de productivité... c'est un pas que je franchis allègrement...