ELLE A PARLE…

Publié le par Ego

                             
Certes, Ségolène Royal n’a pas dérogé à la règle de la communication politique que je dénonce ici, d’autant que, comme tous les autres, elle ne se donne pas la peine de chiffrer ses propositions.
Toutefois son système de 100 propositions est clair, permet de savoir à quoi s’attendre et au moins, si elle est élue, permettra de la juger sur pièce.
 
 
J’ai choisi, pour étudier le discours qu'elle a prononcé le 11/02/07 à Villepinte, de ne m'intéresser qu’aux propositions économiques de la candidate, notamment pour pouvoir les comparer à celles de Nicolas Sarkozy. Les surprises sont nombreuses…
 
 
35 heures, salaires et flexibilité du marché du travail
« Développer la négociation collective à tous les niveaux et sur tous les thèmes, notamment sur les questions d’organisation du travail, de conditions de travail, d’aménagement du temps de travail, de pénibilité, de temps partiel subi. Sur les 35 heures : ouvrir les négociations pour déterminer comment on peut consolider cet acquis et réduire ses effets négatifs pour les ouvriers et les employés ».
=> Renforcer le dialogue entre les différentes parties prenantes au sein de l’entreprise sur le modèle scandinave, nécessite dans un premier temps, qu’un effort soit fourni en faveur de la syndication. Comment faire ? C’est à cette question que devra répondre Mme Royal.
 
« Le SMIC sera porté à 1500 €, le plus tôt possible dans la législature. Afin de tirer vers le haut tous les salaires, une conférence nationale sur les salaires, les revenus et la croissance réunissant les partenaires sociaux sera organisée dès juin 2007. Cette conférence sera annuelle ».
=> La mesure est séduisante, mais je n’ai toujours pas compris qui prendrait en charge l’augmentation des salaires : Il va être difficile de demander aux PME et TPE (90% des entreprises en France) de supporter les coûts d'une telle augmentation des salaires. La mesure demande beaucoup plus de précisions quant à sa mise en place.
 
 
Impôt sur les entreprises
« Donner la priorité à l’investissement des entreprises avec un taux d’impôt sur les sociétés plus bas si le bénéfice est réinvesti et plus haut s’il est distribué aux actionnaires.
Conditionner les aides publiques aux entreprises à l’engagement de ne pas licencier quand l’entreprise dégage des profits substantiels et obtenir le remboursement en cas de délocalisation ».
=> Même proposition que Nicolas Sarkozy et même remarque de ma part (voir ici).
 
« Soutenir les PME avec la création de fonds publics régionaux de participation et en leur réservant une part dans les marchés publics ».
=> Il en effet primordial de soutenir les PME, mais j’ai du mal à comprendre l’efficacité d’un procédé qui vise à les taxer d’un côté puis à leur redistribuer des fonds d’un autre. J’attends qu’on m’explique précisément l’intérêt de la mesure…
  
« Moduler les aides aux entreprises et les exonérations de cotisations sociales, en fonction de la nature des contrats de travail, et supprimer le CNE pour faire du CDI la règle. »
=> Délicat d’imposer, d’en haut, un contrat de travail qui ne reflète pas la concertation des deux parties. La mesure ne risque-t-elle pas de renforcer la précarité des salariés en développant le travail intérimaire par exemple ?
 
 
Le marché mondial
« Mettre en place une politique industrielle capable de préparer l’avenir et de réduire les risques de délocalisations avec la création d’une Agence nationale de réindustrialisation ».
=> Excellente idée et une vraie nécessité !
 
« Conditionner les aides publiques aux entreprises à l’engagement de ne pas licencier quand l’entreprise dégage des profits substantiels et obtenir le remboursement en cas de délocalisation ».
=> Nicolas Sarkozy propose la même chose.
Pourquoi pas ou pourquoi pas, plus simplement, limiter les aides publiques ?
 
« Promouvoir l’idée d’une « PAC mondiale » pour organiser les marchés de manière plus équilibrée et donner une vraie chance à l’agriculture des pays en développement ».
=> Pourquoi ne pas supprimer la PAC européenne ? Ce serait plus simple ! Le résultat serait le même pour les pays en développement (voir ici) et ce serait moins coûteux pour tous les autres.
 
« Maîtriser la mondialisation en oeuvrant à une plus grande transparence et efficacité des instruments de régulation : introduire à l’OMC une hiérarchie des normes qui équilibre les mesures de nature commerciale par le respect des normes sociales et environnementales ». 
=> Imposer des normes sociales et environnementales aux pays en développement est une mesure protectionniste déguisée.
Nicolas Sarkozy propose la même chose.
 
« Réformer profondément le FMI et la Banque mondiale pour en faire des instruments au service du développement humain ».
=> Existe-t-il une conception universelle du « développement humain » ?
 
« Mettre en place une taxe sur les flux financiers de type Tobin ».
=> Ah, la fameuse taxe Tobin… Cette taxe n’est envisageable qu’à condition que tous les pays du monde s’y plient, car l’instantanéité des transactions financières rend possible de contourner n’importe quelle taxe si elle n’est pas appliquée partout. Or, il suffit de voir la difficulté de s’accorder sur une législation internationale pour comprendre l’impossibilité de mettre en place une telle taxe.      
 
Sur ces quatre derniers points, il va falloir que le PS soit un peu plus explicite, mais on peut en tout cas se féliciter que Ségolène Royal s’intéresse à ces questions fondamentales, délaissées par les autres candidats.
 
 
 
 
La candidate de la social-démocratie ?
Beaucoup de commentateurs politiques ont parlé d’un revirement de campagne à gauche pour Ségolène Royal. Je m’inscris en faux !
Premièrement car elle a confirmé certaines de ses propositions qui pourtant avaient suscité la polémique dans ses propres rangs (encadrement militaire des délinquants notamment). Deuxièmement car, si ses propositions ne sont pas vraiment libérales (c’est un fait et on s’y attendait), beaucoup d’entre-elles ne sont finalement pas si éloignées de celles de l’UMP. Pour le moment la seule différence fondamentale repose sur l’augmentation du SMIC. Je regrette néanmoins qu’elle ne se soit pas exprimée sur la question de la fiscalité.
 
En effet contrairement à ce que Loïc le Meur, autoproclamé représentant des jeunes entrepreneurs, prétend ici et là, sur un plan strictement économique, les propositions faites par Nicolas Sarkozy lors de son discours d’investiture (voir ici) ne sont pas tellement plus libérales que celles de la candidate du PS. N’accablant pas la mondialisation (y compris en matière de flux migratoires) on peut même se demander si, sur certains points, elle n’est pas plus libérale que le candidat de l’UMP : Oui, je sais ça, surprend !

Publié dans Présidentielles 2007

Commenter cet article

truc 17/02/2010 11:42


le truc avec la poilitique c'est que tout devient superficielle alors que ça devrait être le fond le plus important...


Charles 21/02/2007 00:22

Moi ce que je n'aime chez elle ceux sont ses robes... tu me diras avec tout ce qu'elle va dépenser, elle va pouvoir s'en acheter des mieux...
Ce commentaire doit être valable pour tous les candidats d'ailleurs... à part, Arlette ! Elle ne met pas de robe, Arlette. C'est bien dommage...

filaplomb 16/02/2007 17:23

Il y a deux logiques qui s'opposent. Pour Sarkozy, le coeur de sa campagne, c'est travailler plus.Pour cela, il va limiter fortement le droit de grève et changer le code du travail.Cela donnera beaucoup d'heures sup (a la demande des patrons) et de la tension sociale, puisque de plus en plus de stress.De l'autre côté, la logique, c'est s'appuyer sur la richesse créée pour la redistribuer de manière plus juste…Autant dire que j'ai déjà choisi !

steph 15/02/2007 16:51

 
Excellent article !
C'est vrai que ségolène royal a l'air un peu plus ouverte sur le monde que sarkozy, est-ce suffisant pour voter pour elle ? je suis pas certaine...
 

whpd 15/02/2007 14:38

Commentaires valable pour tous les candidats d'ailleurs...