ARLETTE LAGUILLER ET LES ACTIONNAIRES

Publié le par Ego

 
Que cache Arlette Laguiller derrière sa bonne humeur et son apparente sympathie ?
  
Voilà le genre de propos qu’elle n’hésite pas à tenir devant ses militants :
 
 
« Ils [les travailleurs] sont en réalité les seuls qui devraient y [le produit des entreprises] avoir droit. Le profit est réalisé avec la sueur, avec la peau de ceux qui produisent, les actionnaires sont des parasites »
 
Allocution d’Arlette Laguiller lors de la fête de Lutte Ouvrière du 3 juin 2006.
 
 
Pourquoi ce qu’elle dit est-il dangereux ?
 
- Sur le plan moral :
Elle remet en cause le droit de propriété : celui qui possède l’entreprise (et qui peut être l’actionnaire) doit nécessairement avoir un droit de regard sur sa stratégie et donc sur le partage des bénéfices. Dénoncer cela c’est dénoncer l’existence même du droit de propriété
 
 
- Sur le plan économique :
Le profit est, certes, réalisé avec la sueur et la peau de ceux qui produisent, mais ceux qui produisent ce sont les détenteurs du travail et du capital (donc y compris les actionnaires). Retirez l’un de ces deux facteurs de production et vous ne produirez plus rien…
 
 
- Sur le plan sociétal :
Elle propose un système non viable, car en refusant de rémunérer le capital, elle remet en cause les fondements même de la rétribution du risque et de l’investissement. Et ainsi, l’entrepreneuriat
 
 
- Sur le plan historique :
Le mot parasite, me rappelle les heures les plus sombres de l’Histoire de l’Europe !
En Allemand, parasite se dit Schmarotzer
 
 
  
Personnellement Laguiller me fait peur. Et vous ?
   

Publié dans Présidentielles 2007

Commenter cet article

Olibo 05/03/2007 14:43

Le problème avec ces candidats - qui sont d'ailleurs très proches du fascisme et du nazisme  n'en déplaise à ARSC (relire l'histoire ne fait pas de mal...) -  c'est qu'ils nous détournent  de la question fondamentale : que veut-on pour notre pays ?
En clair, nous avons dans le monde "civilisé" (i e démocratique) deux conceptions, deux orientations que nous pouvons prendre : le libéralisme économique, ou la social-démocratie. Le premier privilégie plus la liberté et la responsabilité indiviuelles, est moins gourmande en prélèvements obligatoires, mais rend la population et plus aprticulièrement la moins aisée, plus sensibles aux cycles de croissance. La seconde est, évidemment plus stable, mais est moins créative et créatrice, et par conséquent donne moins de puissance et d'attractivité par rapport aux autres pays.
Au sein même des pays occidentaux, les choix sont partagés, en lieu et en temps, mais il est une constante (sauf chez nous...) qui est la prise en compte de la nécessité de s'adapter à la nouvelle donne économique. Et là je dis bien "s'adapter "et pas "refuser"
Donc, ni Arlette, ni son alter ego le petit capor. - pardon - facteur de Neuilly, ni le gros porcinet de Saint-Cloud et encore moins le petit Baron de Vendée ne me font peur sur le long terme. En revanche, pour exister, il sont besoin de ratisser dans ce que nous avons de plus misérable, la haine, la pauvreté, l'exclusion etc. Et, ce qui m'inquiète plus, c'est que leur marketing politique a réussi à faire passer le libéralisme pour ce qu'il n'est pas au point que nos hommes et femmes politiques, toujours aussi courageux (ses) sont maintenant complétement paralysés à ce sujet et ont presque honte de proposer des mesures pourtant  évidentes...

Ego 05/03/2007 11:00

Merci à ARSC pour son commentaire ! Vous avez globalement raison...
Plus je relis mon article, moins je l'aime... Il était baclé !
Cependant je refuse deux accusations : celle de fasciste  et celle de libéral au sens où vous semblez l'entendre => Rien ne m'importe plus que de laisser chacun faire ce qu'il souhaite !
Ego

stephane 05/03/2007 00:16

Hé ben... Ego c'est fait un copain avec ARSC... Ce qui est déprimant avec les gauchistes, c'est qu'à la minute même ou on n'est pas d'accord avec eux, on devient un "fascite" ce qui est l'argument ultime, destiné à couper court à toute discussion.
Néanmoins, ARSC a raison sur un point : la critique des propositions de Laguiller dans la mesure où nous jugeons de leur "réalisme" à l'aune de la société capitaliste que nous connaissons. Or, Laguiller dit elle-même que le préalable à la réalisation de ses propositions, c'est la destruction de la société telle que nous la connaissons, pour entrer dans une société de type socialiste.
Dernière remarque à l'attention d'ARSC : chez les "fascistes" libéraux tout le monde à le droit d'exprimer son point de vue et personne n'efface les posts des adversaires, même s'ils sont un peu exités. En revanche, j'ai essayé de laisser un post une fois, sur le blog de Besancenot... j'ai du faire bugger le système, le post n'a jamais été publié.

ARSC 04/03/2007 23:22

Vous faites de la simple constatation des propositions d\\\'Arlette Laguiller de prétendus arguments visant a la réfuter.Cela ne peut en effet étonner ou offusquer que des tenants du facisme tels que vous de réaliser qu\\\'elle remet en cause le droit de propriété, celui ci étant au fondement même de l\\\'ideologie Marxiste.En somme Laguiller dit "je remet en cause le droit à la propriété" vous dites "c\\\'est immoral, car elle remet en cause le droit à la propriété".Ensuite votre deuxième argument n\\\'est valable que dans le cadre d\\\'un systeme capitaliste ou seul le ou les employeurs detiennent les moyen de productions or pour le cas de Laguiller la remise en cause de l\\\'actionnariat ne peut avoir lieu dans le cas d\\\'une économie socialiste (dans lequel l\\\'actionnariat n\\\'a pas de raison d\\\'être).Ensuite on peut s\\\'interroger sur la viabilité du systeme actuel qui, s\\\'il garantit la rétribution du risque et de l\\\'investissement évoqué dans votre troisième pseudo-argument, garantit de moins en moins celle du travail et donc des employés (quest ce la plus important, retribuer le risque du créateur d\\\'une entreprise, on bien retribuer dignement au moyen du salaire les travailleurs qui la font vivre ?)Enfin le parallèle de la derniere partie qui amalgame Arlette Laguiller avec la Nazisme est tout simplement scandaleux. La véritable erreur historique etant d\\\'oublier que la russie communiste est en grande partie responsable de la chute de l\\\'Allemagne nazie. Aujourdhui les rangs de l\\\'extreme gauche fournissent les plus ardents combattants de la droite fasciste.A la vérité vous avez bien raison d\\\'avoir peur d\\\'une personne telle que Laguiller qui combat cette "perversion de la pensée qu\\\'est le liberalisme " (propos de Jacques Chirac) et dont vous vous faites fait et cause dans tout ce site.

Fio 04/03/2007 01:45

Pas Mal Du Tout, Vraiment Très Pertinent.

Un Très Bon Parler, Vraiment Bien

Continuez...                                                                  mdr, bisou