DOIT-ON RESPECTER LES VALEURS FRANCAISES POUR VIVRE EN FRANCE ?

Publié le par Ego

      

   
La collection printemps-été 2007 sera tricolore
Quant au tube de l’été, ne cherchez- plus il s’agit de la Marseillaise
      

Les polémiques actuelles sur l’identité française me paraissent assez futiles, car personne ne pose la question suivante :

Doit-on respecter les valeurs françaises pour vivre en France ?

       
   
         
        
 

Pour répondre à cette question, il faut d’abord savoir s’il existe des valeurs françaises. C'est-à-dire des valeurs qui seraient communes à tous les français.
     

C’est possible, mais je crois qu’il s’agit d’un présupposé et non pas d’un fait indiscutable.

       

Néanmoins, pour pouvoir répondre à notre question, posons cette hypothèse : tous les Français sont unis par des  valeurs communes.

   

    
 
Faut-il imposer aux immigrés d’adopter les valeurs françaises ?
  

Ce que j’ai toujours aimé en économie c’est que l’homo economicus, n’a ni identité, ni sexe, ni valeur. Il a des préférences (travail ou loisir, consommation ou épargne, bien A ou bien B, etc.) et ça suffit ! 

       

On ne peut pas demander à un immigré de vivre selon un certain modèle (en l’occurrence celui du « Français de souche » parce que la liberté est un droit de chacun sur le territoire français.

     

Et contrairement à ce que certains diront, la liberté n’est pas du domaine de la valeur mais de celui de la loi.

        

Et c’est ici qu’est fait un amalgame déplorable : j’ai le droit de ne pas parler le Français, de ne pas aimer le drapeau français, également celui de ne pas chanter la Marseillaise, par contre il m’est interdit de transgresser les codes civil et pénal.

      

L’unique devoir que l’on a, lorsqu’on vit sur le territoire français, devoir qui concerne chacun y compris les non immigrés, est de respecter la loi.

      
    

Or, il y a malhonnêteté lorsqu’un candidat utilise des symboles du domaine de la loi pour stigmatiser les immigrés en faisant croire, que l’immigration est liée à la question de la valeur ou de la morale.

       

Par exemple, prenons un thème qui revient souvent, celui de la polygamie :

Elle a toujours été légalement interdite en France, nul besoin de revenir sur cette question, si ce n’est pour mieux faire respecter la loi.

 

On est bien ici dans le domaine du légal et non dans le domaine du moral, puisqu’il existe des personnes en France qui font ménage à trois, sans être inquiétées légalement : elles ne sont pas mariées et mènent donc leur vie comme bon leur semble puisqu’elles ne transgressent aucune loi.

      

On comprend donc que ce qui n’est pas puni légalement est du ressort du libre arbitre de chacun.

    

   

Un autre exemple : je peux vivre en Chine et ne pas apprendre le Chinois, si je considère que ce n’est pas nécessaire pour moi. De quel droit un gouvernement exigerait-il de moi que j’apprenne la langue nationale ?

     

   

          
        
      
   

En conclusion, même s’il existait des valeurs françaises (ce qui est fortement contestable) on peut parfaitement vivre en France, sans respecter ces valeurs.

     

La condition de résidence en France porte uniquement sur le respect des lois françaises. Et cette condition s’adresse à n’importe quelle personne habitant sur le territoire.

           
    

Méfions-nous quand un candidat utilise la morale pour justifier une mesure ou une politique ! Or, c’est exactement ce que fait Nicolas Sarkozy avec son Ministère de l’Immigration et de l’Identité Nationale.

     

   

      

Publié dans Immigration

Commenter cet article

Charles 12/08/2010 21:41



A la lecture de votre raisonement il n'y a pas de valeurs françaises. Mais où est le ciment, les valeurs communes de notre pays? Si je vous comprends il n'y en a pas...


J'en ai assez d'entendre ce discous altermondialiste, citoyen du monde, votant au PS ou chez les verts rosés.


Les valeurs françaises résident dans notre héritage historique depuis les gaulois en passant par la royauté, la Révolution et la République.


Au XIXème siècle le hussard de la république était l'Instituteur  qui avait pour fonction de transmettre les valeurs de la République.


On a subit un débat sur l'identité nationale, maintenant on vomi du hallal, du ramadan...bientot se sera la charia et on n'aura plus besoin de se poser de question sur les valeurs françaises qui
sont piétinées par le politiquement correct.


 



stéphanie 04/07/2007 10:10

Cela coule tellement de source que je me demande comment je n'y ai pas pensé avant. Merci pour cette article très instructif

Bob l'eponge 29/03/2007 20:48

@ Olibo
petite rectification de rien du tout mais quand même !!!
le premier fabricant de drapeaux au monde est ..... Français(commentaires pouvant servir aussi sur l'article sur la mondialisation)  ;-)
 

Jesrad 29/03/2007 19:48

Très intéressant, cet article, il me rappelle le thème de la confusion des domaines expliqué (de manière simple, rapide et limpide) par André Conte-Sponville dans "le capitalisme est-il moral?"

Olibo 29/03/2007 17:34

Tout à fait d'accord sur l'ensemble. Je trouve le débat sur l'identité national assez nauséabond, le drapeau (fabriqué en Chine ?) à la fenêtre le 14 juillet etc... Je crois que nos candidats, voulant s'inspirer des Etats-Unis n'ont pas compris que les américains qui portent le drapeau sur leur voiture, le font par choix, par pour faire plaisir au gouvernement....
Toutefois, je serais plus pondéré sur la langue.
En effet, si le pays choisit d'accueillir un étranger, il doit penser à son intégration. Or, l'intégration se fait en grande partie par la langue. Je ne trouve pas déconnant que l'on organise des cours de langue et que l'on demande aux candidats à la naturalisation d'y participer. On ne paut pas espérer vivre durablement dans un pays sans y parler la langue... ne serait-ce que pour y comprendre la loi. La question ne se posait pas chez les immigrants des générations précédentes, elle se pose aujourd'hui.
Bien entendu, je parle uniquement des personnes qui souhaitent s'installer durablement.
Il en est de même de la "liberté" de ne pas travailler. Le fait de travailler n'est pas un devoir au sens juridique, mais, pour pouvoir accueillir en nombre important des étrangers, ils faut que ceux apportent leur contribution. Or, le drame aujourd'hui, c'est que beaucoup d'entre eux ne travaillent pas, non pas parce qu'il ne le souhaitent pas (ils ne sont pas "venu chercher du chomage en France" comme disait Coluche), mais parce que leur qualification ne correspond pas forcément avec les besoins de notre économie.
Comment faire dans ce cas ? Ignorer le problème en parlant uniquement de morale ou de valeurs françaises, ou en proposant des régularisations massives et en ouvrant les frontières sans contrôle ?