DEPOLITISER LA POLITIQUE

Publié le par Ego

Et si les enjeux politiques dépassaient la politique ?

Les gouvernements qui se succèdent depuis longtemps nous ont montré la difficulté de réformer en France. Une des explications que je donne à ce phénomène consiste en une trop forte politisation de la mesure publique.

Je m'explique !

Le politique joue un jeu ambigü, certes il a son rôle noble : améliorer le bien-être des citoyens. Mais ce rôle qu'il joue entre en parfaite opposition avec son essence, à savoir l'expression éphémère de la volonté de ces mêmes citoyens.

En effet, en démocratie, pour agir il faut être élu et pour être ré-élu, il faut que l'action menée satisfasse les électeurs. Ainsi l'action du gouvernement est-elle nécessairement freinée par le désir de conserver une place à long terme sur le plan politique.

La situation actuelle concernant le CPE, nous en donne le parfait exemple. En effet nous admettons tous que dans le contexte de ces derniers jours, la décision que prendra le gouvernement (ou le chef de l'Etat) sera biaisée par les prochaines élections présidentielles. Ajoutons à cela que 50% des parlementaires n'ont comme unique revenu que leur salaire de député (-maire pour certains d'entre eux) et nous comprendrons mieux la tendance actuelle à un rejet total du CPE qui consiste, au moins dans une certaine mesure, en une défense de leur siège de député face aux prochaines législatives.

Or une mesure impopulaire n'est pas nécessairement mauvaise ! Rappelons que lorsque la peine de mort fut abolie en France en 1981, une majorité de Français était hostile à cette abolition. 

Aussi même sans entrer dans le débat sur la justification du CPE, peut-on s'interroger sur la possibilité de prendre une mesure forte face aux échéances électorales.

 

Face à une telle situation, la seule sortie de crise réside dans une pragmatisation de la politique. Pragmatisation qui ne peut se faire qu'en utilisant la question économique dans le cas du CPE. 

J'aimerais que le débat repose non plus sur l'avenir d'un gouvernement, mais sur le caractère pertinent ou non de ce Contrat sur le plan de la résorption du chômage, question trop peu, voire pas, abordée...  

Publié dans Présidentielles 2007

Commenter cet article

Le pÚlerin vagabond 01/04/2006 10:06

Bonjour, Cela fait maintenant des jours que je vagabonde sur over-blog à la découverte de blogs intéressant. Ce commentaire est un copié-collé. Je le dépose uniquement si le site me parle.
 


 

Le pèlerin vagabond

Jean 31/03/2006 12:16

Et pour connaître l'avis du Président de la République : le Blog du Chi http://blogduchi.canalblog.com
 

Ego 31/03/2006 11:30

Ce que vous dénoncez là n'est rien d'autre que la fléxibilité !
Que les CNE et CPE remplacent certains CDI n'est pas dommageable en soi, la question est de savoir s'ils permettront, par ailleurs, la création nette d'emplois !
Tout le monde admet en effet que ce type de contrat va "précariser" la situation de personnes qui auraient été recrutées en CDI, mais l'effet de "déprécarisation" des chômeurs par ces même contrats sera-t-il plus fort ?
Voilà où je place le débat.......  
 

rep 31/03/2006 09:03

Mis en place en aout 2005, on peut dès aujourd'hui voir les résultats du CNE : des emplois créés... mais aussi des chomeurs licenciés en CNE d'autant plus élevés.... Peut être que leur soit disant baisse du chômage, nous cache la réalité...... En tout cas, en se rendant à l'ANPE on peut compter par dizaine le nombre de personnes licenciées alors qu'ils étaient en CNE... Alors, que craindre avec le CPE ? Deux contrats qui feront lois et remplaceront nos CDI, nos contrats "longue durée" si on peut dire....